PARCOURS

  
À l’âge de 12 ans, j’ai a était battu assez violement par une fille plus âgée que moi. Je pense que ceci était le déclencheur de me soumettre aux Femmes quelques années plus tard.

À 14 ans, j’ai commencé de sentir l’attirance pour des pieds Féminins.

À 18 ans jusqu’à à l’âge de 44 ans j’ai eu des nombreuses expériences avec différents Maîtresses.

À l’âge de 44 ans, j’ai rencontré La Déesse qui me mit à ses pieds et qui m’a dressé dans le strict respect de La Suprématie Féminine et avec le temps je suis devenu un esclave gynarchique qui est fier de son statut et parfaitement conscient de son infériorité.

À l’âge de 53 ans je me suis trouvé soudainement sans collier, car La Déesse a était tué dans un accident de voiture.

Depuis je suis à la recherche d’une nouvelle Propriétaire afin de reprendre ma vie de serviteur au profit de La Suprématie Féminine et dans l’esclavage et d’appartenance totale.

MA VIE PRÉCÉDENTE

  
J’ai a était dressé par une Maîtresse africaine selon les règles de La Gynarchie.
Les trois dernières années, j’ai vécu en séquestration quasi totale dans le royaume de ma Maîtresse.
Pendant ce temps La Maîtresse a commencé d’intensifier mon dressage afin de devenir une chienne à son goût.
Pendant les périodes estivales, j’ai dormi dans ma niche de chien dans le jardin. (nu, enchainé avec un masque d’isolement).
Quelquefois j’ai l’honneur de dormir à côté du lit, par terre sur un matelas, de La Maîtresse et de lui servir comme urinoir dans la nuit.
Toute la mobilière destiné aux êtres humains m’ont étaient interdits. (chaise, canapé, lit, toilette, etc.). J’ai fait mes besoins
dans un trou au fond du jardin, comme un chien. Pour uriner, je devais lever la jambe.

Le langage humain m’était interdit le plus par du temps, sauf si La Maîtresse m’a ordonné de parler.
J’ai mangé bien sûr dans une gamelle pour chiens (reste de la table, nourriture pour chien…)
Le but final de La Maîtresse était de savoir si on peut déshumaniser un mâle afin il devient un animal de compagnie.

DE FAÇON GÉNÉRALE

  

Le matin quand La Maîtresse se levé, Elle se décharger dans ma gueule de chien. Ceci était mon petit déjeuner.
Par la suite j’ai préparer Son petit déjeuner et commencer l’entretien de la maison à quatre pattes pour les tâches qui on peut effectuer à quatre pattes.
Tous les samedis je m’occupé d’entretiens de la voiture de La Maîtresse (contrôle des liquides, contrôle de la pression des pneus, nettoyage intérieur et extérieur…).

J’i eu l’honneur de recevoir une éducation stricte et sévère, mais La Maîtresse savait aussi de me conforter quand Elle était contente de mes services.
J’ai était dressé pratiquement sans limites (sadique, humiliante, perverse…).

Je ne vais pas citer toutes les pratiques j’ai eu l’honneur de subir, mais plutôt les pratiques préférées de La Déesse.
La première était bien sûr la torture génitale

– Se faire manger les parties génitales par les insectes (fourmis et criquets de préférence). De cette façon les parties génitales servent au moins de nourrir des insectes (selon La Maîtresse).
– Brulure (plonger les testicules dans de la cire chaude, écrasement cigarettes…)
– De me faire prendre pas des chiens (plusieurs fois je devrais même sucer un cheval et de me faire aspergé de son jus)
– De m’exhiber dans des endroits fréquentés par des mâles gay (tout le monde pourrait me toucher et de me prendre avec capote ou de se faire sucer)
– De m’humilier en public (La Maîtresse n’a jamais caché la nature de notre relation en public). J’ai toujours porté mon collier de façon visible pour tout le monde en public.

Comme Vous pouvez imaginer il y avait beaucoup plus des pratiques, mais ça serait trop longue pour tout listés ici.

EN CONCLUANT

  

Aujourd’hui je suis 100% esclave (voir test bdsm.org dans la rubrique “Documents”) et je suis fier d’être un serviteur entièrement dévoué à La Suprématie Féminine.
Je ne veux pas et je ne peux pas vivre autrement que sous les talons d’une Femme Supérieure, de lui servir 24h sur 24 et 7 jours sur 7 comme bon lui semble et de
devenir ce que ma future Propriétaire souhaite que je devienne.